Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 12:22

250 € brut pour un temps plein… L’entreprise s’arrête à ce chiffre. Nous avons, à la première réunion, demandé à la Direction le maximum (1 200 €) au vu des résultats. Nous étions prêts à faire un effort, mais nous ne sommes pas des marchands de tapis.

Nous savons que cette somme était provisionnée depuis quelques mois dans les magasins (entre 250 et 300 €) sur nos primes trimestrielles (autofinancement !) et ce n’est qu’un juste retour du fruit de notre travail et non un cadeau.

L’ensemble des Organisations Syndicales n’ont pas signé et ce sera donc une décision unilatérale de l’employeur.

Encore une fois, il n’y a pas eu de négociations !

 

CONTACTEZ NOUS : cfdtdecathlon@hotmail.fr

Repost 0
Published by cfdtdecathlon - dans TRACTS
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 17:16

LE SENS DU PARTAGE SELON DECATHLON

balance

 

PROPOSITION DECATHLON : 100 € brut pour un 35 h !!!!!!!

TRESORERIE DECATHLON 1 500 000 000 €

RESULTAT 2010 DECATHLON PRES DE

 400 000 000 €

 

CE QUE LES ACTIONNAIRES SE SONT DISTRIBUES CETTE ANNEE PLUS DE

100 000 000 €

TOUS LES SYNDICATS DEMANDENT POUR CHAQUE SALARIE

1 200€00

 

 

La Direction nous annonce dés le départ  que cette négociation sera très rapide donc nous fait comprendre que sa décision est déjà prise.


La productivité augmente, les effectifs baissent quand on sait que les actionnaires ont pris plusieurs millions en dividendes.


C’est encore une décision unilatérale, aucune négociation.


Nous demandons le maximum :1200€00 puisque nous sommes dans une entreprise qui se porte très bien : augmentation des m2 des magasins, baisse d’effectifs, 50% de temps partiel(précarité) ,surcharge de travail pour tous…


Petit rappel :


Famille Mulliez :     2 ième fortune de France ….

Famille Leclerc :   59 ième fortune de France…


Prochaine réunion fin octobre.

A VOUS DE JUGER !

Contactez-nous :cfdtdecathlon@hotmail.fr

 

Repost 0
Published by cfdtdecathlon - dans TRACTS
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 20:21

Nous avions déjà remonté à la Direction que des fichiers de passation sur des données personnelles de salariés circulaient et que ceux-ci étaient loin d’être professionnels.

Nous avons déjà mis en cause les EID (Entretien Individuel de Décision) au cours desquels il est souvent abordé la remise en cause du travail des salariés qui doivent sans cesse se remettre en question et trouver des « solutions » pour faire encore plus avec moins (baisse des effectifs)…de nombreux salariés culpabilisent à l’issue de ces entretiens…

Le 23 septembre 2011, la CFDT, CGT et CFE-CGC ont dénoncé à la presse ces méthodes  de management preuves à l’appui : des fichiers humiliants et insultants qui n’ont pas lieu d’exister et sont pour nous inacceptables !

Nous demandons des sanctions exemplaires car il n’est pas concevable que certains salariés se voient licenciés pour une histoire de prix à des clients, une non intégration à l’équipe, une histoire de retards, ou autres motifs non sérieux pour nous alors que d’autres  vont juste se voir (seulement) reformés au management !!!

Dernièrement nous avons encore remonté à la Direction Générale (qui n’a même pas daigné nous répondre..) le cas d’une salariée à temps partiel qui a fait 41H00 sur une semaine(impossible selon l’accord temps partiel de l’entreprise) :  pour éviter de faire un CDI 35H00 à cette employée, le Directeur a simplement fait un contrat antidaté.

Encore une méthode encore inadmissible pour une Entreprise qui se dit avoir des Valeurs !

Autre exemple : le cas de ce salarié qui a informé la Direction d’avoir gagné devant le tribunal des prud’hommes son procès pour harcèlement moral et demandant à la Direction Générale lors d’une réunion CCE ce qu’elle comptait faire contre l’harceleur.

La réponse fut simple : « c’était une maladresse et du passé… »

Il n’est pas concevable encore une fois que la Direction cautionne ce genre d’attitude !

A quand un vrai Dialogue Social chez Décathlon ????

Pour nous contacter : cfdtdecathlon@hotmail.fr

Vous pourrez lire ci-dessous un article paru dans liaisons sociales/AFP le 23 septembre 2011.

 

Trois syndicats de Décathlon mettent à jour une pratique de fichage de salariés

23/09/2011 - Dialogue et relations sociales - Salaires et conditions de travail

Par Laurent Poillot – Liaisons Sociales

 

LYON, 23 septembre 2011 - La direction de Décathlon va répondre le 30 septembre, en CCE, à une demande de plusieurs syndicats au sujet d'un fichier nominatif, comportant des propos humiliants, de salariés d'une équipe logistique de l'entrepôt de Saint-Quentin-Fallavier (Isère). La CGT, la CFDT et la CFE-CGC ont annoncé leur intention de porter plainte.

 

Le document en cause, rédigé à la main et dans un style télégraphique scolaire, parle de onze salariés, dont trois ont quitté l'entreprise. Sur sept pages, il indique pour chacun son ancienneté et son niveau d'études, mais aussi des appréciations lapidaires sur leurs attitudes. Les termes employés sont souvent dévalorisants : "n'est pas valeur d'exemple", "dynamique de m…", "consciente qu'elle n'a rien à faire ici" ou "fait des histoires", peut-on lire sur ce document auquel l'le Fil AFP-Liaisons sociales a eu accès.

 

Les commentaires sont étayés par des considérations extra-professionnelles. L'un, "vieux garçon", "vit seul". Une autre, en "chimio depuis deux ans", "a dû avorter (du) deuxième (enfant) pour maladie". Une troisième fait l'objet de renseignements touchant à sa vie maritale et à celle de ses enfants, la personne ainsi profilée étant aussi prétendue proche d'un "cas social". L'auteur lui reconnaît du courage, tout en mentionnant qu'elle attend sa retraite : "Se casse pas la tête -plus que trois ans !"."Cahier de passation"« Elle a en fait été licenciée pour inaptitude au printemps 2011, à 59 ans », commente le délégué central CGT, Frédéric Le Meur. Ce syndicaliste a alerté le 2 septembre le PDG de Décathlon, Yves Claude, faute de réaction probante de la Directrice d'établissement, après deux réunions mensuelles de CE, et du directeur central de la logistique. Les trois syndicats sont venus à la conclusion que les notes découvertes, au début du mois de juillet, sur l'armoire d'un open space, où sont instruits les flux de l'entrepôt, était un "cahier de passation", c'est-à-dire de recommandations, dictées pour mémoire par une responsable d'équipe, mutée, à celle qui venait lui succéder au printemps 2009. Elle aussi a été remplacée, en juin 2010. Elle s'expose dans un spot promotionnel de recrutement au métier de responsable logistique qu'elle occupe dans le groupe.

 

Mise à pied

 

« Elles ont quitté le site pour être promues ailleurs », résume un salarié de l'entrepôt isérois. « Les personnes visées ont été choquées ; l'une d'elles, ayant la reconnaissance de travailleur handicapé, en est très affectée », affirme Hervé Lefevre, représentant syndical CFDT au CCE. « Leur manager les a convoquées pour essayer de savoir qui avait pu copier ces pages », complète Frédéric Le Meur (CGT).

 

Le 12 septembre, le DRH de groupe, Jean-Pierre Haemmerlein, s'est déplacé sur le site pour rencontrer l'équipe. « Je me suis rendu compte que les personnes étaient déçues et qu'elles cherchaient à comprendre », déclare Jean-Pierre Haemmerlein. Jugeant « inexcusable » la teneur du document, il a prononcé à l'encontre des deux managers une mise à pied de quelques jours, sans engager, au-delà, d'entretien préalable à un licenciement.

 

« Il s'agissait de mots-clés retenus maladroitement, lors d'une passation », dit le DRH. « Ils ont été sortis de tout contexte d'évaluation et sans intention de nuire. Selon moi, les deux jeunes managers étaient sincères. Elles ont pris la mesure de leur bêtise et ont demandé à venir s'excuser auprès des salariés ».

 

Formation maison

 

Il a prévu de les inscrire à une formation maison, "valeurs et volonté, qui met l'homme au coeur de l'entreprise". Elles rencontreront également le PDG. De son côté, Yves Claude a livré à la CGT des propos moins amènes : « Les écrits de ces deux responsables sont très graves et très humiliants pour les personnes concernées. Ils sont insupportables », lui a fait savoir lePDG. « Je n'étais pas au courant, ce qui est anormal », a-t-il précisé.

 

Pour Fabien Gautier, délégué central CFE-CGC, le "cahier" de Saint-Quentin-Fallavier est au contraire révélateur d'une stratégie de management. « Pourquoi compiler de telles données, sinon pour pouvoir pousser au départ les salariés les plus fragiles ou les moins malléables ? », s'interroge-t-il.

 

Hervé Lefevre (CFDT) fait ce parallèle : « A Saint-Quentin Fallavier, 30 personnes ont démissionné en 2010, sur un effectif de près de 150 personnes. Plus de 3 000 personnes l'ont fait à l'échelle nationale, sur près de 15 000 salariés ».

 

Selon ces observateurs, Décathlon a porté cette année ses provisions sur risque de contentieux social à un million d'euros.

 

« Pourtant, remarque Fabien Gautier, l'inflation des jugements n'empêche pas les promotions dans le groupe. Les trois

derniers directeurs de magasin condamnés en appel pour harcèlement ont tous été confortés dans leurs métiers ».

 

© AFP–Liaisons–Sociales

Fil AFP Liaisons Sociales http://www.fil-afp-liaisons-sociales.fr/abonnes

2 sur 2 23/09/11 11:34

 

Repost 0
Published by cfdtdecathlon - dans TRACTS
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 10:43

  Trop souvent les CHSCT (comité d'hygiène sécurité et conditions de travail) quand ils existent ne sont ni informés, ni consultés sur ce type de travaux, travail de nuit,...

  Malheureusement, cette instance représentative aujourd'hui est trop souvent écartée de la part de la Direction et on peut s'interroger si partenaire sociaux a un sens chez Décathlon.

cfdtdecathlon@hotmail.fr  

 

Cinq salariés du magasin Décathlon de Colomiers, situé sur la zone du Perget, ont été pris en charge jeudi dernier par le Samu. Ils ont été pris de maux de tête, suite à des travaux de décollement de moquette qui avaient lieu dans le magasin. Ces travaux ont eu lieu de nuit, de 21 heures à 4 heures du matin, du 5 au 22 juillet. Mais le produit chimique utilisé pour dissoudre la colle de la moquette dégageait une forte odeur, même en journée.201107271103_w350.jpg


« Dès le 6 juillet, lendemain du début des travaux, nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour ventiler au maximum le magasin », explique le directeur, Gildas Michel.
Enquête interne

La climatisation a été mise en marche forcée, et la porte du magasin est restée ouverte, afin de créer un maximum de circulation d'air. « Aucun client ne s'est plaint, tout au long du chantier », souligne le directeur.

« Malgré les fortes odeurs, le chantier a continué, et les mesures prises étaient insuffisantes, déplore pour sa part Fabien Gautier, secrétaire du CHSCT (Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) du magasin. Ce qui a conduit certains salariés à être pris en charge par le Samu et à être examinés à l'hôpital Purpan. En début de semaine, une salariée a été évacuée pour un malaise. Le mercredi, un salarié est rentré chez lui également. Au-delà des salariés, je me pose la question des clients et de leurs enfants qui ont été exposés à ces émanations sans en être informés. »

« Nous n'avons pas été informés par la société qui effectuait les travaux, de la puissance de l'odeur dégagée par le produit chimique, répond le directeur du magasin. C'était un produit nouvellement utilisé par cette entreprise. Sa non-toxicité était indiquée sur la fiche de données sécurité, et elle a été confirmée par les pompiers». «Le jour de l'évacuation du magasin, c'est un membre du CHSCT, non présent sur le site, qui a contacté le Samu, et pas les membres du personnel présents », ajoute le directeur.

Suite à leur prise en charge par le Samu, quatre salariés ont été arrêtés une journée, et le cinquième deux jours, selon la direction. Ils ont repris le travail normalement cette semaine.

Une réunion extraordinaire du CHSCT s'est tenue ce lundi, en présence de représentants de la direction, et une enquête interne va être menée.

 

 

Repost 0
Published by cfdtdecathlon - dans TRACTS
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 20:18

vous etiez informé de cette affaire(sinon, maintenant vous le savez!)

 

alors que nous avions déjà demandé avec l'ensemble des organisations syndicales une négociation sur ce sujet, l'entreprise va t elle réagir rapidement pour pouvoir enfin faire cesser ces abus d'horaires que nous ne cessons de dénoncer???à suivre...

en attendant, si un avenant vous est proposé, ne signez rien sans vous renseigner car signer, c'est s'engager!

STOP AUX HORAIRES NON-STOP ENTRAINANT UNE SOUFFRANCE REELLE DES SALARIES!!!! 

contactez nous : cfdtdecathlon@hotmail.fr et retrouvez maintenant nous sur facebook!

 

ci dessous, extrait d'un article de Marc Landré (figaro)
 

En validant le système des forfaits-jours, la Cour de cassation a ouvert la voie à une multitude de contentieux dans les entreprises et devant les tribunaux qui risquent bel et bien, au final, de mettre à mal ce dispositif dérogatoire aux 35 heures.


Dans un arrêt complexe, et alambiqué, rendu mercredi en début d'après-midi, la chambre sociale de la Cour de cassation a validé le système des forfaits-jours qui concerne environ 1,5 million de cadres. Mais elle l'a strictement encadré et donc ouvert la voie à une multitude de contentieux dans les entreprises et devant les tribunaux qui risquent bel et bien, au final, de mettre à mal ce dispositif dérogatoire aux 35 heures. «Notre décision vise à encadrer et à sécuriser le système du forfait-jour», a justifié Marie-France Mazars la doyenne de la chambre sociale qui, fait rarissime, a tenu à commenter publiquement l'avis rendu.

En l'espèce, la plus haute instance judiciaire française a cassé les arrêts des tribunaux des prud'hommes et de la cour d'appel de Caen qui avaient interdit à un cadre commercial au forfait-jour de réclamer le paiement de ses heures supplémentaires. La raison ? Le dit-salarié n'avait bénéficié d'aucun suivi ou contrôle de son temps de travail de la part de son employeur alors que l'accord collectif sur lequel se basait son contrat de travail en forfait-jour le stipulait.

Mais la chambre sociale a décidé d'aller encore plus loin et s'est saisi de la question de la licéité du forfait-jour, sans pour autant la trancher définitivement. Au nom de la protection de la santé et du droit au repos, la plus haute instance judiciaire française juge en substance que toute entreprise appliquant le forfait-jour ne prévoyant pas un contrôle strict et un suivi régulier du temps de travail de ses salariés concernés peut voir les dispositifs mis en place retoqués. Cela pourrait ainsi revenir à dire que l'entreprise devra vérifier que ses salariés au forfait-jour respectent les durées de travail et de repos quotidiennes et hebdomadaires, fixées notamment par le droit européen : à savoir 48 h de travail maximum par semaine et 11 h de repos consécutif. «Il est clair qu'un salarié ne peut pas travailler 78 heures par semaine, il faut garantir le droit au repos et respecter les durées maximales journalières et hebdomadaires, a justifié Marie-France Mazars. L'employeur doit encadrer la durée du travail de ses salariés au forfait-jour». A défaut, les entreprises s'exposeront à être poursuivies devant les tribunaux et condamnées à payer des heures supplémentaires à leurs cadres. « Un salarié au forfait-jour pourra travailler plus de 48 heures par semaine du moment que sa durée du travail reste raisonnable et n'a pas d'impact sur sa santé, interprète quant à elle Stéphanie Stein, avocate associée au sein du cabinet Eversheds. Mais on va gloser sur cette notion de durées maximales du travail qui va donner cours à toutes les interprétations possibles. »

La Cour de cassation recommande ainsi que tous les accords collectifs qui ne sont pas explicites en matière de suivi et contrôle du temps de travail des cadres en forfait-jour soient renégociés par les partenaires sociaux, afin d'éviter la multiplication des contentieux devant les tribunaux. En clair, la cour de cassation n'a pas cassé le forfait-jour mais l'a encadré fortement. Elle demande ainsi que les gardes-fous prévus dans les accords collectifs soient appliqués. A défaut, les forfaits-jours seront nuls et non avenus.

Repost 0
Published by cfdtdecathlon - dans TRACTS
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 11:29

En cliquant sur le lien si dessous(ou copier/coller), découvrez un extrait du JT de 13H00 de France 2 du 9 juin 2011.

retrouvez l'ensemble du  reportage sur le site de france 2.

 

http://cfdtdecathlon.over-blog.com/ext/http://www.dailymotion.com/video/xj7g0q_un-cadre-denonce-des-horaires_news

 

cfdtdecathlon@hotmail.fr

 

 

Repost 0
Published by cfdtdecathlon - dans TRACTS
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 10:08

Non, ce n’est pas le montant du prochain loto mais c’est bien le nombre d’heures qui ont disparu en 2010 : magique non ??! ! Mais Décathlon recrute parait-il…

C’est aussi des m2 de surface de vente gagnés pour l’entreprise mais avec un effectif en baisse cela représente !!!

La croissance de  résultat net de 13% que Décathlon a dégagé est surtout du à une baisse des effectifs : cela représente sur La France la suppression de plus de 600 salariés CDI à 35H00 !!!

Pour la Direction, il n’y a pas de surcharge de travail que nous ne cessons de dénoncer, qui entraine une dégradation des conditions de travail pour l’ensemble des salariés, un grand nombre qui subissent du stress que l’entreprise ne veut pas entendre, une déstructuration des métiers par la polyvalence que l’entreprise impose (des vendeurs qui passent en caisse, des changements de rayon forcés)

Mais comment garantir un service client satisfaisant (en théorie exigence pour 2011 auprès des salariés) quand des salariés désertant l’entreprise ne sont pas remplacés ?...cela ne va-t-il pas l’encontre de la volonté du projet de Décathlon…

Si vous estimez subir ce manque de personnel dans votre magasin, contactez-nous et n’hésitez pas à nous laisser vos témoignages (rubrique dans le blog):

 

cfdtdecathlon@hotmail.fr

Repost 0
Published by cfdtdecathlon - dans TRACTS
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 10:46

 

C’est ce que cherche actuellement l’entreprise à communiquer à l’extérieur, en faisant faire par exemple une enquête par l’institut Great Place to Work : mais sur quoi repose cette enquête dont il ressortirait  que nous faisons partie du top « ten » des entreprises où il fait bon vivre, mais pas trop longtemps !!!...

Rappelons qu’en 2010 vous avez été nombreux à vous exprimer dans l’enquête « collaborateur interne » sur le fait que vous veniez travailler avec moins de plaisir.

Et oui, les chiffres, eux, sont effrayants : toujours autant de turn over (pour se garantir une fausse paix sociale), autant de demandes de ruptures conventionnelles de la part des salariés qui n’aboutissent que très peu (car cela aurait un impact financier pour l’entreprise vu les demandes de départs), un effectif équivalent temps complet qui baisse malgré des ouvertures et agrandissements de magasins…

Si Décathlon est « champion » du recrutement de jeunes (surtout en CDD), elle est loin de faire de même avec les personnes dépassant les 25 ans.

Contrairement à ce qui est écrit dans un article de LA VOIX DU NORD du 23/03/2011, l’accord sénior signé uniquement par la C.F.T.C et l’UNSA/SNAD est loin d’être ambitieux car il prévoit :

- uniquement 120 salariés recrutés sur 3  ans !

- 50 % en CDD

- pas forcément en CDI 35 H 00…

Qu’en est-il sur le terrain 1  an après la mise en place de cet accord pour les quelques personnes qui ont plus de 50 ans qui sont déjà présentes dans l’entreprise ?

La majorité des responsables n’est même pas informée de ce type d’accord, encore moins informée sur leurs droits comme par exemple : ne pas être obligé de faire 10H00 quotidiennement, de pouvoir avoir une coupure hebdomadaire de 11H00, choses que nous avons encore dénoncées auprès de la Direction Générale pour des problèmes de plannings (qui ne respectent pas la législation) dans la région Sud Est, sujets sur lesquels l’entreprise ne prend même pas la peine de répondre et préfère rester silencieuse …

 

NON, LE CLIMAT SOCIAL EST BIEN MOROSE ACTUELLEMENT ET GARE A CELUI QUI OSERA SE PLAINDRE ET QUI NE RENTRERA PAS DANS LES RANGS !

 

Pour vous faire respecter et connaitre vos droits

Contact : cfdtdecathon@hotmail.fr

Repost 0
Published by cfdtdecathlon - dans TRACTS
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 10:01

On peut se poser des questions sur ce début d’année concernant la définition du mot Humain chez Décathlon.

Vous êtes encore nombreux à nous contacter concernant certaines méthodes de management.

En effet, la question sur la « liste de courses » revient souvent.

Cela consiste en fait à surcharger le salarié de différentes tâches pour lui demander en fin de journée ou de semaine de se justifier sur le pourquoi  de la non réalisation de ces tâches.

Souvent une culpabilisation s’installe mais rassurez-vous, vous n’êtes pas un  « incapable » ou juste un « insuffisant » puisque l’on ne vous donne pas les moyens pour faire ces tâches, le but est bien de vous déstabiliser et éventuellement vous diriger sur un projet en externe, vocabulaire très souvent utilisé chez Décathlon.(moyenne d’ancienneté moins de 5 ans…Décathlon fêtant ses 35 ans cette année !)

Une autre question aussi actuellement sur des changements de rayons pour des 35H00 CDI sur des rayons qui ne sont pas leur sport « passion ».L’Entreprise ne communique-t-elle pas sur le fait d’avoir des Vendeurs passionnés par leur sport en le pratiquant ?

Encore une fois on peut s’interroger là aussi sur le but recherché : démotiver, faire culpabiliser, décourager, ..???

Enfin, l'évaluation de fin d'anée est -elle réellement objective? qui aujourd'hui est capable de remplir sa fiche métier à 100%?n'est-elle pas là non plus pour une remise en question et simplement un moyen d'avoir un argument pour ne pas vous augmenter ?...

Si vous êtes aussi dans cette situation, n’hésitez pas à nous contacter, pour vous ou un collègue.

cfdtdecathlon@hotmail.fr

 

 

Repost 0
Published by cfdtdecathlon - dans TRACTS
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 10:26

Le Conseil de l’Europe condamne la législation française

des forfaits en jours et des astreintes

 

le Comité européen des droits sociaux du Conseil de l’Europe a déclaré contraire à la Charte sociale européenne révisée la législation française en matière de temps de travail sur deux points essentiels : les forfaits en jours et les astreintes. 

 

Les non-conformités relevées porte en particulier sur les points suivants :

 

- les salariés cadres en forfaits en jours subissent des durées du travail excessives et ne bénéficient pas du paiement d’heures supplémentaires ;

 

- les salariés peuvent être en situation d’astreinte pendant leur temps de repos ce qui les prive d’un véritable droit au repos.

 

lors d'une réunion, le 11 février, l'ensemble des organisations syndicales ont demandé l'ouverture de négociations pour conclure un avenant modificatif à l’accord d’entreprise, en date du 25 juin 2002, actuellement appliqué.



chez Décathlon, ce forfait jour, l'entreprise en use et abuse car de nombreux cadres, pour pouvoir palier le manque d'effectif et veiller à assurer une productivité qui ne cesse d'augmenter, n'ont d'autres choix que de faire de nombreuses heures.

 

pour plus de renseignements, contactez-nous: cfdtdecathlon@hotmail.fr

Repost 0
Published by cfdtdecathlon - dans TRACTS
commenter cet article